La Danse Corps et Graphies - Thèmes et variations

Les thèmes et variations de Corps et graphies
Temps liés ; ronds de jambes ; battements frappés ; arabesques...
Diagonales et manèges d'Histoire, de littérature, de musiques et d'arts plastiques...

LA PAVLOVA
Grâce et gourmandise

Alors que se multiplient les manifestations diverses autour du centenaire des Ballets Russes, voici un hommage original à celle qui fut, deux saisons durant, l'une de ses plus grandes figures, Anna Pavlova. La Prima Ballerina devint légende et sa mémoire est ravivée au-delà de l'art : de son histoire naquit en effet une anecdote gourmande de la danse…

Lire la suite de la présentation "La Pavlova Grâce Et Gourmandise"

Arthur Saint-Léon
sur quatre cordes aux quatre vents

Si on connaît le nom d’Arthur Saint-Léon comme celui du chorégraphe, le Coppélius d’une Fille aux yeux d’émail automate, notamment, on se souviendra aussi qu’il fut danseur et partenaire de Fanny Cerrito surtout, mais aussi violoniste, et compositeur pour cet instrument à quatre cordes, dont il joua très tôt, comme de ses talents, ambitieux, déployés en roues brillantes aux quatre vents. Habile il savait séduire les directeurs des théâtres autant que la plupart de ses publics…

Lire la suite de la présentation "Arthur Saint-Léon sur quatre cordes aux quatre vents"

Le Ballet Royal du Danemark et Auguste Bournonville - une tradition
Par Eric Ashengreen

A la veille des représentations de Napoli, par le Ballet Royal du Danemark au Palais Garnier, la Maison du Danemark recevait, le jeudi 5 janvier, à Paris, Erik Aschengreen, Docteur ès Lettres et historien de la Danse, professeur émérite de l'Université de Copenhague, critique de danse durant quarante ans au Berlingske Tidende - le plus grand journal danois -, et qui a également enseigné à l'Ecole du Ballet Royal du Danemark. Il a aimablement accepté que ses propos soient reproduits et illustrés sur les pages de Corps et Graphies

Le Ballet Royal du Danemark compte parmi les compagnies les plus anciennes avec une Ecole fondée en 1771. Le personnage le plus important de l'Histoire du Ballet danois est sans conteste Auguste Bournonville (1805-1879) lequel a fait ses études à Paris dans les années 1820. Comme Directeur de la danse à Copenhague, il reste fidèle à la grâce et à la légèreté du style français. Il crée une cinquantaine de ballets dont une dizaine continue d'être dansés aujourd'hui à Copenhague. Parmi eux son chef d'oeuvre Napoli (1842), que le Ballet Royal du Danemark dansait à l'Opéra de Paris du 6 au 10 janvier 2012 dans une nouvelle production de Sorella Englund et Nikolaj Hübbe.
Erik Aschengreen trace l'histoire de la compagnie en soulignant ses relations avec la France et son importance dans l'histoire de la danse européenne avec des chorégraphes de renom comme Auguste Bournonville, mais aussi Harald Lander et Flemming Flindt.

Lire la suite de la présentation "Le Ballet Royal du Danemark et Auguste Bournonville - une tradition" par Erik Ashengreen

Albine Fiori, roman inachevé
Par George Sand

En 1876, George Sand écrivait quelques lettres de ce qui devait être sa dernière œuvre, un roman épistolaire, et qui demeure inachevée. Quelques années après la disparition de la romancière, son fils, Maurice Sand, prit l'initiative de faire éditer le manuscrit, en l'état, par la Nouvelle Revue.

Parmi les personnages, celui dont le nom intitule l'aventure, Albine Fiori, est une enfant "trouvée", devenue une danseuse renommée, créatrice - ou créature - de La Sylphide, en 1832, et à qui Victor Hugo avait ainsi dédicacé un livret : "A vos pieds, à vos ailes."

Lire la suite de la présentation et Albine Fiori, roman inachevé, par George Sand

Ode à L'Académie Royale de Musique

Théodore de Banville, dans ses Odes Funambulesques, publiées en 1859, inscrit une saynète désopilante intitulée "L'Académie Royale de Musique" – soit l'ancienne "raison sociale" de ce qu'est aujourd'hui l'Opéra National de Paris - ; écrit en 1845, le long poème dialogue d'un public indiscipliné et d'un art en déclin dont le spectateur livre ses impressions en fameuses expressions !

Lire la suite de la présentation et l'"Ode à L'Académie Royale de Musique", par Théodore de Banville

Adolphe Adam
de bals habiles en balabiles

Sa blanche Giselle fut telle une maîtresse, l’accroche à la croche; pour Piotr Ilitch Tchaïkovsky dans ses dansées compositions, il fut un maestro…
Adolphe Adam, au hasard des scènes, des voies porté, des pas et des voix, à l’air célèbre dans les plus grands théâtre, comme dans les maisons les plus petites, de matinée en soirée et en "Minuit Chrétien", cantique de Noël dont il fit l'air sur une prière de Placide Cappeau.

Ouverture

Des partitions de son temps, le prélude compose le je[u] du souvenir…

Lire la suite de la présentation de l'acte Ier d'"Adolphe Adam, de bals habiles en balabiles"

Marche… Funèbre

…En portées d'une dernière soirée de printemps, la partition resta inachevée : le Maître, au demain matin, fut emporté.

Lire la suite de la présentation de l'acte II d'"Adolphe Adam, de bals habiles en balabiles"

Divertissement[s]

Fragments de chapitres au pupitre de feuilletonistes, son temps en quelque art y a noté l'"aria"…

Lire la suite de la présentation de l'acte III d'"Adolphe Adam, de bals habiles en balabiles"

Rudolf Noureev
Saluts au Maître

Il y eut tout juste vingt ans, au jour des Rois - en 1993 -, Rudolf Noureev s'en allait dans la coulisse, du côté jardin de l'immense scène de sa vie - où il était entré côté cour[s] - vouée à l'Art de la Danse qu'il savait si bien transmettre.
Du danseur reste le souvenir impérissable d'une présence magnifique ; du chorégraphe demeurent de fabuleux ballets inspirés ; de l'homme une absence infinie.

…Saluts au Maître.

Lire la révérence de Véronique Doisneau

Lire la révérence de Noëlla Pontois

Une Vie de Danseuse
Fanny Elssler

Une vie de danseuse en mené[e]s, la pointe d'Auguste Ehrhard… Parcours [en]chassé[s] l’Histoire de la danse, Et Fanny Elssler, elle [de]Vienne au tour du monde : pages [dé]tournées - des tournées - du XIXème siècle.

Lire le chapitre Ier d'Une Vie de Danseuse

Lire le chapitre II d'Une Vie de Danseuse

Lire le chapitre III d'Une Vie de Danseuse

Lire le chapitre IV d'Une Vie de Danseuse

Lire le chapitre V d'Une Vie de Danseuse

Lire le chapitre VI d'Une Vie de Danseuse

Lire le chapitre VII d'Une Vie de Danseuse

Lire le chapitre VIII d'Une Vie de Danseuse

Lire le chapitre IX d'Une Vie de Danseuse

Lire le chapitre X d'Une Vie de Danseuse

Lire la Conclusion d'Une Vie de Danseuse

Mémoires
- Marie Taglioni

Feuillets de souvenirs, feuilles et programmes de scènes, de coulisses et du temps fané, derrière le rideau fermé sur la gloire, après le ballet… Marie Taglioni dans ces notes chorégraphie le bal et autour d'elle, danser, aux tours d'ailes romantiques, [la] Sylphide.
Des Mémoires de la ballerine, en livret épars, quelques "livrées" au chapitres des ans.

Lire la première "livrée" des Mémoires - inédites - de Marie Taglioni

Lire la [II]…ème "livrée" des Mémoires - inédites - de Marie Taglioni

Lire la [III]…ème "livrée" des Mémoires - inédites - de Marie Taglioni

Lire la [IV]ème "livrée" des Mémoires - inédites - de Marie Taglioni

Notre-Dame de Paris par Sylvie Jacq-Mioche

A la veille des représentations de Notre-Dame de Paris, par le Ballet de l'Opéra National de Paris, à l'Opéra Bastille, le jeudi 19 juin, le Studio Bastille accueillait, en Convergences, Sylvie Jacq-Mioche, professeur agrégé de Lettre modernes, Docteur en Esthétique, historienne de la danse, et qui collabore à plusieurs ouvrages de référence et à la rédaction des programmes de l’Opéra national de Paris. Elle a aimablement accepté que ses propos soient reproduits et illustrés sur les pages de Corps et Graphies

Notre-Dame de Paris est le premier ballet créé par Roland Petit pour l'Opéra de Paris. Le chorégraphe "réécrit" le chef-d’œuvre de Victor Hugo, en un nouveau livret d’amour et de mort, sur une partition de Maurice Jarre. Yves Saint Laurent conçoit ses premiers costumes de scène, vifs et colorés, "Vitres" aux corps, vitraux décors - par[ent] René Allio - de la cour des miracles [et] de la cathédrale…
Sylvie Jacq-Mioche "affiche" le ballet au Répertoire du milieu des années 60, et - Lettres capitales dans la carrière de Roland Petit - [le] reli[e][t] [au] roman de Victor Hugo.

Lire la suite de la présentation de Notre-Dame de Paris par Sylvie Jacq-Mioche

La Fille Mal Gardée par Sylvie Jacq-Mioche

Aux saluts de la saison 2011-2012, puis "révérence" à la saison 2014-2015, "invitation[s]" aux moissons, le Ballet de l'Opéra National de Paris dansa La Fille Mal Gardée. Préambule[s] aux représentation, le jeudi 7 juin 2012, puis le jeudi 18 juin 2015, Sylvie Jacq-Mioche, professeur agrégé de Lettre modernes, Docteur en Esthétique, historienne de la danse, présentait le ballet en conférence[s] au Studio Bastille. Elle a aimablement accepté que ses propos soient reproduits et illustrés sur les pages de Corps et Graphies

Représenté sous le titre Le Ballet de La Paille ou Il n’est qu’un Pas du Mal au Bien au Grand Théâtre de Bordeaux le 1er juillet 1789, "Révolution" du ballet [en] action, les deux actes dchorégraphiés par Jean Dauberval comme le ruban s'enroule en évolution dans les champs [esthétiques]… les chants. Sylvie Jacq-Mioche "inscrivit" le ballet au Répertoire de l'Histoire de la Danse [en sabots…], en "fabrication" de son berceau bordelais aux scènes parisiennes, russses et anglaises

Lire la suite de la présentation de La Fille Mal Gardée, conférence en juin 2012 par Sylvie Jacq-Mioche

Lire la suite de la présentation de La Fille Mal Gardée, conférence en juin 2015 par Sylvie Jacq-Mioche

Edouard Marie Ernest Deldevez : "Mes Ballets à l'Opéra"

Né en 1817, Edouard Marie Ernest Deldevez montra, dès l'enfance, d'heureuses dispositions pour la musique. Il poursuivit ses études au Conservatoire de Paris, sous la férule de François Habeneck, Antoine Reicha et Jacques Fromental Halévy notamment. Violoniste dans les plus grands orchestres de la capitale, il devint bientôt chef d'orchestre, et obtint les trois postes les plus prestigieux de son temps : la direction des musiciens de l'Opéra de Paris, de la Société des Concerts du Conservatoire, et de la classe d'orchestre du Conservatoire. Compositeur, il "nota" la Cantate Officielle pour le sacre de Napoléon III, par exemple. Il publia également de nombreux ouvrages sur les sujets musicaux les plus divers,.

Dans le tome II de ses Mémoires, il évoque, en un chapitre de souvenirs et anecdotes, ses partitions pour le ballet, et tout particulièrement la création de Paquita, son plus grand succès "en scène".

Ce chapitre est proposé en parties, numérotées par l'auteur lui-même.

Lire la première partie des souvenirs de "[ses] ballets à l'Opéra" par Edouard Marie Ernest Deldevez

Lire la deuxième partie des souvenirs de "[ses] ballets à l'Opéra" par Edouard Marie Ernest Deldevez

Lire la troisième partie des souvenirs de "[ses] ballets à l'Opéra" par Edouard Marie Ernest Deldevez

Lire la quatrième partie des souvenirs de "[ses] ballets à l'Opéra" par Edouard Marie Ernest Deldevez

Lire la cinquième partie des souvenirs de "[ses] ballets à l'Opéra" par Edouard Marie Ernest Deldevez

Lire la sixième partie des souvenirs de "[ses] ballets à l'Opéra" par Edouard Marie Ernest Deldevez

Giselle par [Albert] Lifar : "Les fleurs qui plaisaient tant à mon cœur désolé"

5 février 1932

Giselle

Musique : A. Adam

Chorégraphie : J. Coralli

Décors et costumes : A. Benois

Solistes :
Mlle Spessivtzeva (Giselle), Valsi (Bathilde), Cerès (Myrtha)
M Lifar (Albrecht), Raymond (Hilarion)

Orchestre dirigé par H. Busser

Sur les programmes de cette affiche romantique de l'Opéra de Paris, Serge Lifar apparaît aussi, et pour la première fois, en tant que Maître de ballet.

Entré à l'Opéra de Paris en 1929, le chorégraphe "hué" par la critique, "incompris" du public, "révisa ses classiques" pour la saison de 1932 : dans Le Spectre de La Rose, il étrenna un succès nouveau, [enfin] salué par l'influent critique André Levinson, [re]monta [en scène avec] Sa Giselle dans les décors d'Alexandre Benois. Danseur, maître de ballet, chorégraphe, il "raconte" l’histoire, la mise en scène, la danse…

Lire la suite de la présentation de Giselle par [Albert] Lifar : "Les fleurs qui plaisaient tant à mon cœur désolé"

Roméo et Juliette…
Chorégraphies : Serge Lifar

En trois variations, le thème des amours de Roméo et Juliette marqua la carrière de Serge Lifar, Danseur, chorégraphe, des débuts à l'apogée, des Ballets Russes à l'Opéra de Paris.

Sa première rencontre avec Roméo et Juliette fut pittoresque et anecdotique : il avait été choisi pour interpréter le rôle titre masculin dans Romeo and Juliet, Répétition sans décor - Ou "sang des corps" chorégraphié par Bronislava Nijinska pour la saison de 1926 des Ballets Russes de Serge Diaghilev… Une œuvre "mineure", dont, au-delà du scandale surréaliste de la Première que retint l’histoire de la danse, le public garda le souvenir du jeune danseur qui remporta un vif succès. Cette "répétition" fut une approche effleurée de la dense tragédie de Shakespeare qui inspira [en]suite les danses de Serge Lifar - à deux reprises -…

Lire la suite de la présentation de Roméo et Juliette. Chorégraphie[s] : Serge Lifar

Aurélie Dauvin © Corps et Graphies

La présentation et le contenu de ce site sont protégés par les lois en vigueur sur la propriétæ intellectuelle. Toute exploitation, même partielle, sous quelque forme que ce soit (écrite, imprimée ou électronique), est rigoureusement interdite sans l'autorisation expresse préalable des auteurs. Tout contrevenant s'expose à des poursuites et aux sanctions applicables conformément à la loi FranÇaise rægissant les droits d'auteur et aux lois du Copyright International.

Retourner en haut de la page Page modifiée le 17/04/2017.